Le gang des rêves

Luca Di Fulvio

Pocket

  • par (Libraire)
    24 novembre 2017

    Un roman exceptionnel !

    Une plongée extraordinaire au cœur d'une famille d'immigrés italiens et dans le New-York des années 20 déjà gangrené par la mafia.


  • par (Libraire)
    16 septembre 2017

    Vibrant et Coloré

    Une fresque sombre, mais teintée des couleurs de l’espoir et de l’amour.
    Prévoyez, dès à présent, une ou deux journées de RTT pour « visionner » ce livre magnifique sur le rêve américain du début du siècle dernier.
    Sylvie Jeanne, lectrice.

    Le fruit de son viol tendrement pressé contre son cœur, Cetta regarde s’éloigner son Italie natale, au travers d’un hublot rouillé.
    Alors, tout simplement, sans nous en rendre compte, nous embarquons avec elle. Nous traversons l’océan dans la souffrance, nous voyons le rêve américain se profiler avec la torche de la statue de la Liberté et arrivons exténués en Amérique. Puis, au milieu des miséreux, nous faisons la queue pour passer au bureau fédéral de l’immigration et tremblons que l’on écrive à la craie dans le dos de la jeune femme :
    « C pour la tuberculose, H pour le cœur, SC pour les maladies du cuir chevelu, TC pour le trachome, X pour le retard mental. Ceux qui avaient une lettre étaient pratiquement foutus : c’était le retour à l’envoyeur. »

    Enfin bref, nous partons pour une aventure de 700 pages (944, en édition Pocket) qui ne peut que nous émouvoir par son réalisme. Les personnages paraissent si réels que nous avons peur pour le devenir de Cetta, tremblons pour Christmas, pleurons pour Ruth, avons une certaine tendresse pour Sal et de la haine, pure et dure, pour Bill, un violeur doublement parricide. Un vrai méchant.

    « Ruth tenta de se défendre mais Bill lui asséna un coup de poing en plein visage. Et puis un autre, et un autre encore. »

    Nous sommes impliqués de la première à la dernière phrase et nous baignons au milieu des eaux troubles de la mafia. Dans la jungle humaine qu’est New-York au début du 20ème siècle, il est préférable d’être prédateur que proie et surtout d’être intelligent, comme Christmas, pour se sortir du bourbier de la rue.

    « -Tu leur prends un dollar et tu leur donnes un espoir, affirma Christmas.

    - Alors il faudrait que je trouve mille nègres prêts à acheter un morceau de radio ? »

    Les fondations de l’Amérique sont contenues dans ce livre. Elles ont été bâties sur le mélange de sueur et de sang de tous ces immigrés venus du monde entier, de tous ces nègres, et tous ceux qui sont partis de gré ou de force, à l’assaut de cette terre lointaine pour en faire une grande nation.


  • 31 juillet 2017

    J'ai rêvé New york

    Le rêve américain dans tout son état en 941 pages de folie et d'ardente passion pour une ville mythique qui a déjà fait couler beaucoup d'encre. Nous sommes au début du 20ème siècle et pour celui qui a de l'imagination et du courage, New York représente le rêve et la possibilité de réussir au sens large du terme. En suivant les aventures de ce jeune italien (rebaptisé Christmas !), c'est toute l'Europe qui arrive à Ellis Island, le coeur rempli d'espoir.
    Un roman magnifique à lire et relire !


  • par (Libraire)
    9 juillet 2017

    Le gang des rèves

    1909. Italie, terreau de l'émigration aux USA. Luminata dont l'enfance vient d'être violemment arrachée, embarque comme tant d'autres, dans l'espoir de changer le destin qui les attendent, elle et son bébé. Une autre violence les attend … mais dans cette Amérique des possibles, tout n'est pas joué.
    ( commentaire de Brigitte )


  • par (Libraire)
    30 juin 2017

    par Céline L.

    Coup de cœur assurément! Un roman captivant dans les années 20, à New York, on se prend d'affection pour une mère et son fils, deux êtres abîmés par la vie qui seront se forger un destin malgré les obstacles... PALPITANT!


  • par (Libraire)
    28 juin 2017

    Formidable

    Cetta a quinze ans lorsqu’elle débarque à New York en 1909 pour fuir la misère et donner un avenir meilleur à son petit garçon.
    Di Fulvio raconte le combat pour la survie et la dignité dans l’Amérique de tous les possibles.
    Le gang des rêves est une formidable et tumultueuse histoire d’amours et de gangsters que j’ai dévorée avec énormément de plaisir !


  • par (Libraire)
    19 juin 2017

    Le rêve américain a toute sa place dans ce roman fleuve, bourré de rebondissement avec toujours l'espoir d'une vie meilleure. A découvrir, parfait pour cet été!


  • par (Libraire)
    10 juin 2017

    Conseillé par Frédérique

    Cetta l'Italienne a 15 ans quand elle débarque à Ellis Island avec Natale, son fils, dans l'espoir d'une autre vie. Rebaptisé Christmas par les autorités, ils vont tous deux être pris sous l'aile de Sa , mafieux mal commode (au grand cœur évidemment). Ils se débrouilleront comme ils peuvent pour survivre, vivre et donner petit à petit un sens à leurs vies.
    De l'amour, du sang, de la barbarie et de la rédemption
    L'arrivée du cinéma parlant et l’avènement de la radio,une jeune fille abîmée et perdue qui deviendra le grand amour de Christmas, des gangsters, des affreux méchants, des gentils l'air de rien, des gens qui souffrent et des gens qui y croient.

    Vous rentrez dans ce livre comme dans un film et vous le refermez quelques heures plus tard , soufflé(e) par cette histoire qu'on ne peut lâcher, qui vous emporte totalement, vous fait rire , frémir, pleurer et vous allez vivre avec eux, leurs peurs, leurs joies, leurs espoirs et leur envie de vivre plus forte que tout.

    Pas de doute , VOTRE livre de l'été....


  • par (Libraire)
    12 mai 2017

    Grande fresque sur deux périodes, début 1900 avec l'arrivée d'une jeune fille et de son bébé d'origine italienne à New York et 1920 / 1930, l'histoire de l'enfant devenu adolescent, habitant le quartier pauvre de Lower East side. Splendide, magnifique roman d'une force et d'une poésie poignante. Un livre qui s'attache à montrer la beauté qui se trouve dans toutes choses. Un chef d’œuvre.


  • 7 mai 2017

    **en partenariat avec Pocket
    Un rêve américain **

    Luca di Fulvio aime les romans fleuve : près de mille pages pour « Le gang des rêves » et huit cents pour « Les enfants de Venise ». C’est l’espace dont il a besoin pour créer ses décors, essentiels dans ses livres, raconter l’histoire de toute une vie, ne pas lésiner sur les rebondissements et nous promettre un happy end. Mais tout cela resterait sans intérêt voire indigeste sans le talent de conteur de Luco di Fulvio qui a l’art d’attraper son lecteur, puis de le garder prisonnier.

    « Le gang des rêves », le premier titre non pas d’une trilogie mais plutôt d’une variation sur les mêmes thèmes, se passe à New York au début du 20e siècle. Lorsque Cetta décide de quitter l’Italie avec son fils Natale pour échapper à un patron estimant avoir tous les droits sur elle et notamment celui de cuissage, elle imagine un nouveau monde, une vie pleine de promesses, la liberté et la possibilité de tout recommencer de zéro.
    Après avoir accosté à Ellis Island, où son fils se fait rebaptiser Christmas, elle déchante. Repérée par un maquereau qui la met illico sur le trottoir, elle réussit pourtant peu à peu à s’en sortir. Elle parvient surtout à protéger son fils qui se débrouille comme un chef et est devenu un vrai petit Américain.
    Un jour, Christmas tombe sur une jeune fille fracassée par un homme qui l’a violée puis a tenté de la tuer. Il la transporte à l’hôpital, où les médecins réussissent à la sauver. Christmas et Ruth se lient d’amitié, mais leurs deux milieux se trouvent à des miles l’un de l’autre. Christmas a grandi dans le rue, Ruth dans un appartement de Park Avenue. Christmas est la joie de vivre incarnée, Ruth reste traumatisée par son agression… L’auteur suit ces jeunes gens jusqu’à ce qu’ils deviennent adultes, et il en profite pour brosser un portrait de cette ville où tout semble possible pour peu que l’on ait des idées et de l’énergie. Christmas ne manque ni des unes ni de l’autre.

    **[Lire notre interview de Luca di Fulvio](http://www.onlalu.com/2017/05/03/rencontre-avec-luca-di-fulvio-26979)**

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u