• 26 février 2019

    bande dessinée

    Où l’on retrouve Antoine obligé de s’occuper de Juliette avec son fils qu’il n’a pas vu depuis des années. Pendant qu’ils règlent leurs comptes, la petite fait des siennes.

    Mimile est à Paris lui aussi pour assister au match France-Australie en loge VIP. Mais ses amis se désistent les uns après les autres, car Pierrot est en cabane après un coup d’éclat de Ni yeux ni maître.

    Et c’est au tour de Mimile de faire des siennes, pour réveiller les consciences.

    Ouvrir un nouveau tome des "Vieux Fourneaux", c’est se demander ce que ces personnages vont nous concocter dans ce nouvel épisode. Et je dois dire que leur lutte va crescendo.

    Une citation : "Depuis la nuit des temps, notre pays enracine son union nationale dans la défaite. Alésia, Azincourt, Pavie, Waterloo, Sedan, Trafalgar, Dien Bien Phu… c’est un concept purement français." (p.48)

    https://alexmotamots.fr/les-vieux-fourneaux-tome-5-bons-pour-lasile-wilfrid-lupano/


  • par (Libraire)
    10 décembre 2018

    Au menu de ce tome, des attentats gériatriques, des retrouvailles, du mimilitantisme, un fond de vioques qui investit dans les migrants, des jeunes et des moins jeunes qui remuent le derche plus que de raison sur de la musique de sauvage... Une nouvelle fournée, dans un langage toujours aussi fleuri, avec des personnages toujours aussi attachants dans leur franc-parler et leur refus du compromis. N'est pas siphonné qui l'on croit !