Souviens-toi des monstres

Souviens-toi des monstres

Jean-Luc André D'Asciano

Forges de Vulcain

  • par (Libraire)
    17 novembre 2020

    Sous le signe des Gémeaux

    Il était une fois Gabriel et Raphaël, nés jumeaux fusionnés au sein d'une fratrie peu commune de quatre frères et deux sœurs. Nous sommes apparemment en Italie si l'on en croit la coloration des noms propres, mais vous chercheriez vainement l'île de Sainte-Marie-des-Deux-Mers, son pendant maudit Matto-Matta ou la capitale Abbru sur une carte et c'est tant mieux. Ici les habitants sont un peu pêcheurs, contrebandiers puis pirates, et surtout rétifs à toute forme d'autorité centrale.

    Bientôt un don est révélé aux siamois (appelés aussi Quatre-Couilles ou Les Deux-Voix), ce chant qui se révèle capable de plier les volontés et les éléments, attisant encore plus les peurs et les convoitises à l'encontre des jumeaux controuvés et déchirant bientôt la famille et le voile d'illusion l'entourant. Il leur faut partir pour vivre et grandir. Un don qui compose les plus belles pages de ce roman d'une densité et d'une texture exceptionnelle.

    J'ai lu il y a quelques années maintenant un très beau et très curieux recueil de sept nouvelles, Cigogne, ou déjà s'entremêlaient de manière finement ciselée le fantastique et la richesse onomastoque de l'auteur (les frères siamois y étaient présents).

    De manière identique j'ai été embarqué par l'atmosphère enchanteresse de cette Italie fantastique et le cheminement des deux frères controuvés. Ce foisonnement de personnages et d'intrigues révèle la générosité d'un auteur qui a pris plaisir en réinjectant dans le récit une quantité incroyable d'influences et de références que le lecteur s'amusera à retrouver (éviter de tricher en allant voir les remerciements).

    Qu'il me soit permis ici de mentionner quelques uns de ces êtres d'exceptions : Salvo-l'Aîné, Viviano-Deuxième, d'Agrigente le prêtre défroqué-refroqué, un Rabbin, Raspoutine le diable, un homme-tigre, une femme-poule, etc. Toute une ménagerie qui s'agite et lutte devant nos yeux pour notre plus grand bonheur.

    Un roman merveilleux qui a pour moi la saveur des contes de l'enfance.

    Martin


  • par (Libraire)
    29 mai 2019

    Fantastique et plus

    Ce livre est étonnant : fantastique, il fait son classique en forçant la comparaison avec l’Enfer de Dante, rien de moins. Pour nos contemporains, il peut faire penser au « Monde selon Garp » de Irving, au « Tambour » de Grass ou aux « Météores » de Tournier. L’humour est très contemporain, le style énergique, l’histoire, baroque, et n’hésite pas à emprunter à Pirates des Caraïbes. C’est dire que l’on fait le grand écart, du plus littéraire à la culture pop.
    On jubile à suivre l’histoire de frères siamois, ni tout à fait 2, ni tout à fait seuls, qui ont le pouvoir de changer la vie, et même la mort, lorsqu’ils chantent. Entourés de frères pirates peu recommandables, dans un monde où les sirènes existent à côté de meurtriers dignes de jeux vidéo, nous allons vivre leur vie duelle, leur vie de monstres aussi détestés qu’adulés, tour à tour fauteurs de révolutions ou bien rois. C’est une fable qui tient du mythe de la fabrication des héros, inatteignables et faillibles, un conte sombre et lumineux, un livre empli de tous les contraires, qu’on nous dit aussi complémentaires. L’un ne va pas sans l’autre, rien ne va sans l’autre.