Comment font les avions pour voler ou... l'importance de la portance, Notions théoriques et expérimentales de base sur l'aérodynamique des avions
Éditeur
Connaissances & Savoirs
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Comment font les avions pour voler ou... l'importance de la portance

Notions théoriques et expérimentales de base sur l'aérodynamique des avions

Connaissances & Savoirs

Offres

  • AideEAN13 : 9782342054545
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99
Ce livre est consacré à l'étude de la portance, cette force a priori un peu
mystérieuse qui permet à un avion de voler, et à son inséparable acolyte, la
traînée. En fait, tout objet en déplacement dans un fluide est soumis à
l'action de ces deux forces. Ces deux forces sont à la base des propriétés
aérodynamiques des avions ; on leur associe par commodité deux coefficients
sans dimension : le coefficient de portance, Cz, et le coefficient de traînée,
Cx. Elles font l'objet de nombreuses recherches tant dans le domaine
aéronautique que dans d'autres domaines comme celui de la construction
automobile (le Cx d'une voiture, d'un camion), la fabrication d'éoliennes, ou
la construction de voiliers, afin d'obtenir les meilleures qualités
aérodynamiques. Il s'agit aussi d'économiser l'énergie, en l'air sur terre et
en mer, donc de limiter la traînée, et, pour un avion, d'augmenter la portance
au moindre coût. Ces recherches de pointe nécessitent des ordinateurs de plus
en plus puissants et des logiciels de plus en plus sophistiqués. Elles sont
abondamment développées chez Airbus, Boeing, la NASA, l'ONERA,..., mais aussi
chez tous les constructeurs automobiles et navals. Alors qu'au moins trois
gros ouvrages américains sont consacrés à ce sujet, il n'y a pas à ce jour
d'ouvrage français équivalent. Sans avoir aucune prétention d'égaler ces
ouvrages, celui-ci, volontairement à mi-chemin entre un niveau universitaire
bac+1 et un niveau avancé de vulgarisation, et concis tout en étant
suffisamment complet, est susceptible d'intéresser à des degrés divers toute
personne touchant de près ou de loin à ce sujet, c'est-à-dire en fin de compte
un nombre assez important de lecteurs.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

10 septembre 2016

Commentaire de l’auteur :

Une partie du chapitre VIII de mon livre est erronée. Merci de m’écrire (jpfarges@free.fr) pour recevoir à mes frais une version corrigée de cette partie. Jean-Pierre Farges, 9 septembre 2016

Lire la suite