Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical
EAN13
9782251447049
ISBN
978-2-251-44704-9
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
MONDES ANCIENS
Nombre de pages
258
Dimensions
21,6 x 15 x 1,3 cm
Poids
370 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical

Les Belles Lettres

Mondes Anciens

Offres

La tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la tragédie grecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel.

Par le travail de remarquables poètes, « maîtres de chœur », fondées sur le chant choral, les tragédies grecques sont des poèmes en acte. En particulier par une double polyphonie chorale, leur performance rituelle dynamise une mémoire culturelle attachée aux grandes figures héroïques de la tradition panhellénique : Œdipe, Jocaste, Hippolyte, Phèdre, voire Xerxès et sa mère Atossa, en dialogue chanté avec un groupe choral – vieillards de Thèbes, jeunes femmes de Trézène, gardes de Suse, d’Eschyle à Euripide en passant par Sophocle, au service de la mémoire de la cité d’Athènes.
An anthropological and ethnopoetic perspective of heroic deeds in Greek tragedies was long overdue. Through the work of remarkable poets—“choirmasters”—Greek tragedies, based on choral singing, are enacted poems. Particularly when sung by a double polyphonic choir, their ritual performance revives a cultural past associated with the great heroic figures of Panhellenic tradition: Oedipus, Jocasta, Hippolyta, Phaedra—even Xerxes and his mother Atossa, in dialogue chanted along with a choir—old men of Thebes, young women of Troezen, Susian guards, in plays by Aeschylus to Euripides to Sophocles, written to memorialise the City of Athens.

A former Professor of Greek Language and Literature at the University of Lausanne, Claude Calame is currently Director of Graduate Studies at EHESS in Paris. His recent publications include Thésée et l’imaginaire athénien (2nd ed., 1996), Poétique des mythes dans la Grèce antique (2000), L’Éros dans la Grèce antique (2nd ed., 2002), and Prométhée généticien : Profits techniques et usages de métaphores (2010).
S'identifier pour envoyer des commentaires.