Le Retour des dieux des cavernes, Essai philosophique
Éditeur
Encre Rouge
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Retour des dieux des cavernes

Essai philosophique

Encre Rouge

Offres

  • AideEAN13 : 9782377892716
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    3.99

  • AideEAN13 : 9782377892716
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    6.99

Autre version disponible

**Philippe Heurcelance aborde sous un autre angle des thèmes philosophiques
centraux : le mythe de la caverne, le mythe du premier homme ou encore le
logos...**

Philippe Heurcelance dédie ces textes à son amie Irène Moreau d’Escrières, à
laquelle s’adresse depuis toujours sa prose poétique. Comme dans Lettres de
Revel, le lecteur notera le réseau de références traditionnelles, venues d’une
saisie autant intellectuelle qu’intuitive. Nous savons déjà avec _Faut-il
regarder par la Lunette de Galilée ?_ que l’on peut considérer la modernité
comme un pèlerinage à rebours, et que pour Philippe Heurcelance le mythe a
autorité sur l’Histoire. Par ailleurs, on oublie trop souvent que Pascal a
évoqué « l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse », mais aussi celui « de
justesse », ce dernier étant la voie du milieu, réalisant l’équilibre des deux
premiers, défini par Aristote, et que l’on retrouve dans l’Inde ancienne. Le
poète fait partie de ces gens qui bénéficient pleinement de l’esprit de
finesse et perçoivent instantanément la vérité d’une chose. Irène remercie
Philippe Heurcelance d’avoir bien voulu accepter la publication de ces écrits
qui lui étaient destinés. C’est avec plaisir que les Éditions Encre Rouge
accueillent ce nouvel auteur qui vient d’être primé aux Poésiades de Moulins,
lors du 17e Prix de France et de la Francophonie 2019, réalisé par les Poètes
et Artistes du Bourbonnais.

**Cet ouvrage philosophique, primé aux Poésiades de Moulins, présente les
pensées du philosophe et nous appelle à réfléchir et à nous repositionner face
à ces thèmes répandus.**

EXTRAIT

Je lisais ce matin quelques pages excellentes d’un soufi iranien sur les
différentes résurrections (selon l’échelle de Jacob), ainsi que sur la racine
de la suite prophétique, en fonction des niveaux subtils de l’être humain.
J’associe volontiers Jésus au Cœur mystique, en tant qu’il est analogué au
Cœur du Divin (son auto-connaissance).
Tout cela m’a inspiré la considération suivante : que si les cultures
traditionnelles considèrent la plupart des hommes comme du bétail humain (pasu
en sanskrit), ce n’est pas de façon injurieuse, mais parce que la plus grande
partie de l’humanité présente la forme humaine sans en manifester l’essence
(les « démons à visage d’hommes », selon A. C. Emmerich* (forces natives non «
rectifiées »). La gangue psychosomatique étouffe le Vivant interne ; toutes
les civilisations se sont constituées sur la libération du Vivant en l’âme
(donnant « l’homme libre » des Anciens, à l’origine des lignées
aristocratiques). Aujourd’hui, nos contemporains peuvent connaître une
certaine « humanisation » par l’expérience de la foi, qui esquisse une
résurrection à l’archétype humain éternellement pensé en Dieu (par « l’art
éternel de Dieu », dixit Maître Eckhart*).

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Philippe Heurcelance** , qui a l'âme naturellement portée vers la poésie, à
laquelle il accorde un statut cognitif privilégié, a eu le goût de faire
quelques études de philosophie qui l'ont mené à une interrogation continue du
mystère de l'existence.
S'identifier pour envoyer des commentaires.