Décarcérer, Cacher cette prison que je ne saurais voir
Éditeur
RUE DE L'ECHIQUIER
Date de publication
Collection
LES INCISIVES
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Décarcérer

Cacher cette prison que je ne saurais voir

Rue De L'Echiquier

Les Incisives

Offres

  • AideEAN13 : 9782374252285
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    5.99

  • AideEAN13 : 9782374252278
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    5.99

Autre version disponible

Sauriez-vous dire où se trouve la prison la plus proche de chez vous ? Combien
de personnes y sont enfermées ? Si ce sont des hommes, des femmes ou des
enfants ? Est-ce que leur temps de détention se compte en semaines ou en
années ? La prison est un endroit dont on parle peu et que l’on connaît très
mal, un espace où la plupart d’entre nous ne pénètreront jamais.Quand on
critique l’emprisonnement systématique, on se voit souvent rétorquer : « Que
proposez-vous de mieux ? » Sylvain Lhuissier fait avec cet ouvrage la preuve
qu’une autre punition est possible.Car l’objectif ici n’est pas de désigner un
coupable, mais de comprendre pourquoi rien ne change gouvernement après
gouvernement ; d’identifier comment chaque acteur, d’un bout à l’autre de la
chaîne, participe à maintenir le système en place ; mais surtout de
questionner comment nous tous, citoyens, représentons à la fois une part de la
responsabilité et un levier possible du changement.Sylvain Lhuissier propose
de vider les prisons au lieu d’en construire de nouvelles, de réaménager les
peines plutôt que de repeindre des chambres vétustes. On sait depuis longtemps
que la prison est une solution inefficace contre le crime, mais quand elle
s’applique en grande partie à des milliers de personnes qui n’entrent pas dans
la catégorie des criminels, ne faut-il pas revoir collectivement notre copie ?
En 2012, étudiant à l’Ecole Centrale de Paris, Sylvain Lhuissier croise la
route du GENEPI, association étudiante où il fait du soutien scolaire à la
maison d’arrêt de Fresnes. En 2014, il co-fonde l’association Chantiers-
Passerelles pour développer les alternatives à la prison et changer le regard
des citoyens sur la justice et la peine. En 2018, il participe à la création,
au sein du Ministère de la Justice, de l’Agence du travail d’intérêt général
et de l’insertion professionnelle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.