Réflexions XII-XV. Cahiers noirs 1939 - 1941
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Bibliothèque de Philosophie
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Fiches UNIMARC
S'identifier

Réflexions XII-XV. Cahiers noirs 1939 - 1941

Gallimard

Bibliothèque de Philosophie

Offres

  • AideEAN13 : 9782072671531
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    18.99

  • AideEAN13 : 9782072671524
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    18.99

Autre version disponible

Ce troisième volume des Réflexions regroupe les Cahiers XII à XV dont la
rédaction court de 1939 à 1941. Comme les précédents, il témoigne de
l’approfondissement décisif que connaît la pensée de Heidegger dans les années
1930 : non à la manière d’un "journal philosophique" écrit en contrepoint de
l’œuvre, mais plutôt d’un espace de travail et d’écriture où s’exerce ce qu’il
nomme quelques années plus tard "un regard au cœur de ce qui est". S’y
répondent les différents chemins explorés par cette pensée, toujours à nouveau
repris d’un pas qui change librement de rythme et d’allure : la préparation
d’un autre commencement dont l’enjeu est une métamorphose de l’être humain
dans son rapport essentiel à l’être ; la remémoration du premier commencement
grec où s’est initialement exposé ce rapport ; enfin, la méditation de
l’histoire de ce premier commencement, histoire dont l’achèvement dessine le
visage de notre époque, celui d’un monde soumis au déchaînement uniforme de la
puissance. Au moment où les événements prennent en Europe un tour terriblement
dramatique — le déclenchement de la guerre, le pacte germano-soviétique,
l’attaque allemande en Russie —, les Réflexions consignées dans ces quatre
Cahiers font face à cet inquiétant visage du monde, avec angoisse mais sans
aucune déploration stérile, attentives avant tout à entendre, en retrait du
vacarme public, "le bruit et la germination du temps" dont parlait Ossip
Mandelstam.
S'identifier pour envoyer des commentaires.