Vincent Moulia - mutins de 1914-1918, mutins de 1914-1918
EAN13
9782350681207
ISBN
978-2-35068-120-7
Éditeur
Cairn
Date de publication
Nombre de pages
293
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
340 g
Code dewey
940.412
Fiches UNIMARC
S'identifier

Vincent Moulia - mutins de 1914-1918

mutins de 1914-1918

Préface de

Cairn

Indisponible
Le dernier poilu français de la guerre 1914-1918 vient de disparaître. Il avait une saine horreur de la guerre et pendant longtemps a refusé qu'on lui rende, au moment ultime, l'hommage de la Nation. Il ne reste donc plus que des écrits, des monuments et quelques images, pour évoquer cette immense boucherie. Des millions d'hommes qui ont combattu, certains se sont révoltés. Parce qu'ils en avaient assez de la boue, du froid, des poux, de l'éloignement familial, des copains qui tombent. Assez de la guerre aussi. En juin 1917, cela fait mille jours de guerre. Les fronts sont indécis. Le moral est au plus bas. Deux fois blessé, engagé au Chemin des Dames, Vincent Moulia, petit paysan, mobilisé depuis trois ans pour défendre une frontière située à mille kilomètres des Landes, son pays, se retrouve, pour l'exemple, condamné à mort par un Conseil de guerre pour mutinerie. Grâce à un extraordinaire concours de circonstances, il parvient à s'évader. S'ensuit alors une longue épopée à travers la France jusqu'à la forêt landaise où il se cache pendant des mois avant de s'exiler. Il ne rentrera en France qu'en 1936, après l'amnistie accordée aux mutins de la Grande guerre. De tous les militaires condamnés à mort, il est le seul rescapé. Pierre Durand, historien et journaliste, auteur de nombreux ouvrages l'a rencontré cinquante ans plus tard, dans son village natal. Il a patiemment enquêté, dépouillé les archives, écouté les témoins. Il est allé sur les champs de bataille, a suivi les routes empruntées par le hors-la-loi, retrouvé ses cachettes. Mais surtout, il a acquis la certitude que Moulia avait été désigné pour être fusillé, au hasard, pour l'exemple. Un mutin, Moulia? Non. Un de ces poilus qui faisait son devoir sans plaisir, comme des milliers d'autres et doutait.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Armand Lanoux