Un été
  •  
EAN13
9782707328120
ISBN
978-2-7073-2812-0
Éditeur
Les Éditions de Minuit
Date de publication
Collection
Romans
Nombre de pages
94
Dimensions
19 x 14 x 0 cm
Poids
124 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez 2 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Jean, mon frère, venait d'acheter un voilier et m'invitait à passer quelques jours en mer. Je n'étais pas certain que ce soit une bonne idée que nous partions en vacances ensemble.
Quand je dis « nous », je ne pensais pas à Jean.
Je pensais à Jeanne.
À Jeanne et moi.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Libraire)
2 mars 2015

Le calme avant la tempête...

Embarquez sur cette croisière à huis-clos, où Jean invite son frère Pierre, avec son amie Leone. Jeanne la compagne de Jean les rejoint... le décor est posé, l'atmosphère se crée. Tout ceci ressemble à un jeu, qui manipule qui et ...

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

25 avril 2015

Quelques jours à bord d'un voilier avec son amie, son frère Jean et sa compagne Jeanne. Le narrateur a accepté cette proposition de son frère même si revoir Jeanne sera douloureux car ils étaient auparavant amants. Jean et Jeanne vont ...

Lire la suite

17 mars 2015

Le souffle de l'été

D'emblée, on pense à "Plein soleil", film envoûtant (1960) de René Clément avec Alain Delon, Maurice Ronet, et la sublime Marie Laforêt, puis le sol se dérobe du côté de "Soudain l'été dernier" de Tennessee Williams... Almendros brouille les pistes, ...

Lire la suite

par
8 mars 2015

Court roman d'à peine 100 pages qui commence très bien, une belle écriture, qui emprunte au langage maritime, mais plus largement à un registre courant. Phrases courtes, un peu de dialogue, mais sans tirets ni guillemets, Vincent Almendros se permet ...

Lire la suite

7 janvier 2015

Le cœur au bord des lèvres

Moins de cent pages. Un livre court, très court même, mais qui ménage son plus bel effet. Un pur concentré de chaleur et de sensations moites et odorantes. Celle de la Méditerranée au cœur de l’été dans le sud de ...

Lire la suite

La revue de presse

La revue de presse du roman « Un été » de Vincent Almendros aux éditions de Minuit

Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur, 8 janvier 2015

Petit livre, grande sensation. Ou, si vous préférez, «Un été» pour l’hiver. Parmi les 353 romans français de cette nouvelle rentrée littéraire, il ne faut pas manquer, en effet, le deuxième de Vincent Almendros. Cet auteur de 36 ans réussit la prouesse, en eaux troubles et en 96 pages, de tenir à la fois une histoire d’amour, un thriller marin, un récit de la fraternité et un huis clos à ciel ouvert. Les trois sont ambigus et le mystère ne se lève, cruel et ricanant, qu’à la toute dernière page. Pierre, le narrateur, embarque à Naples sur le voilier de son frère, Jean. Le premier est venu avec la blonde Lone, sa petite amie suédoise qui termine une thèse sur la parité homme-femme. Le second vit depuis sept ans avec Jeanne la brune, dont Pierre fut l’amant. Le bateau glisse lentement vers Capri. Il fait une chaleur caniculaire. L’air est irrespirable. Les corps exsudent. Le jour, la mer est d’huile et, la nuit, « goudronnée ». Les méduses prolifèrent, qui remontent le temps et le courant avec leurs « ombelles opalines ». Pierre et Jeanne s’observent, se frôlent, se rapprochent et se retrouvent dans la cabine. Rien n’est appuyé. Tout est suggéré. Etonnant peintre d’atmosphère, Vincent Almendros écrit à l’aquarelle. Sa phrase faussement simple coule comme une eau salée au pied d’un rocher. C’est de la littérature. Et de la meilleure. On s’empresse de vous en conseiller la lecture, car ce bref roman ne provoquera aucun débat de société, aucune polémique, aucune révolution. Y a-t-il encore la place, l’hiver, pour « Un été » ?

Marine Landrot, Télérama, 15 janvier 2015

Sur un voilier en pleine mer, dans une lumière suspendue, Jean et Jeanne s'aiment. Le calme avant la tempête. Un récit hypnotique.

Jeanne et Jean sont sur un bateau. Ils s'aiment et la traversée durera tout un passé. Disons (c'est avec cet impératif que s'ouvre le livre) qu'il y a du tangage dans l'air, et que les lames de fond venues de très loin s'apprêtent à surgir à la surface. Le roman se situe avant la tempête, dans une luminosité suspendue, où mêmes les éléments semblent retenir leur souffle. Sur le voilier, il y a aussi Je, le narrateur, et Lone, un bout de solitude étrangère, qui dort les jambes repliées en L, comme son initiale, quintessence de la féminité. L'exiguïté de l'unité de lieu, nautique et inconfortable, décuple les sens et le besoin d'évasion. Comme dans Les Affinités électives, de Goethe, les couples se font et se défont, les combinaisons sont multiples, traçant des lignes parallèles et des diagonales entre les êtres.
En 2011, Vincent Almendros imposait son écriture opalescente dans son premier roman, Ma chère Lise, sur la mélancolie éthérée des amours adolescentes, où déjà chantait le clapotis de la mer. Il poursuit ici sa quête de transparence, sonde les matières et les objets (chapeaux, casquettes, gilets de sauvetage sont presque des créatures vivan¬tes, immobiles), scrute l'étrangeté de la faune (oursins, étoiles de mer, plancton provoquent une stupeur proche du malaise) et parvient à créer un climat tranquillement hypnotique. D'où vient que cet auteur, né en 1978, nourrisse ses romans d'une esthétique très années 1960, puissante et dépouillée ? Dansent sous nos yeux les images de Plein Soleil, de René Clément, et de L'Eclipse, de Michelangelo Antonioni, à la lecture de ce roman aussi limpide que crépusculaire.

Les premières pages du roman « Un été » de Vincent Almendros aux éditions Minuit

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Vincent Almendros