Martin B.

Un monde en fragments
5 avril 2019

Ho putain...

"Ho putain... En rangeant un peu, je suis tombée sur un livre que tu avais laissé sur le banc, je n'ai pas pu le lâcher avant d'avoir fini. C'est exceptionnel, magnifique ! C'est fou toutes les émotions que ça évoque, j'étais vraiment plongée dedans et quand j'ai eu fini j'étais vraiment sur le cul, j'ai eu du mal à revenir à ce que je faisais avant..."

SMS de ma compagne Mathilde, 5 avril 2019.

Moi, ce que j'aime, c'est les monstres
34,90
10 décembre 2018

Monstrueux !

Sans voix… Un mastodonte éditorial, littéraire et dessiné… Un boulot de titan pour un résultat qui laisse… sans voix…

Le discours
16,00
10 décembre 2018

Excellent, encore une fois...

Un homme est prié de bien vouloir composer un discours pour le mariage de sa soeur. Ça le gonfle prodigieusement, c’est vrai aussi, qui cela ne gonflerait-il pas ? Par le nouveau Maître Absolu de l’absurde…

Café

Odello, Luigi

White Star

35,00
10 décembre 2018

Ahurissant...

Depuis que ce livre est mon livre de chevet, je ne dors plus… Un ouvrage ahurissant !

KEPAS

Belloc Denis

Chemin de fer

18,00
17 août 2018

Ce bouquin c’est une déflagration.

Roman autobiographique : l’auteur tombe amoureux d’un homme qui l’aime aussi au début puis qui ne l’aime plus ensuite, alors l’auteur qui a découvert son homosexualité à douze ans se drogue, un peu au début d’abord pour oublier, puis beaucoup parce que c’est bon, puis trop, parce que c’est vraiment bon, puis beaucoup beaucoup trop, si tant est qu’on puisse se droguer « trop », puis il se prostitue pour l’acheter sa came, et toujours toujours, il aime Jérôme, son ancien mec, il l’aime beaucoup beaucoup trop, et parfois l’amour, souvent l’amour, ça fait un mal de chien… Ce bouquin c’est une déflagration. De la très très bonne came.