Elizabeth P.

Dernier commentaire

Nous étions nés pour être heureux
24 novembre 2019

Je ne vais pas être très polie, mais là, il m’a carrément gonflée Lionel Duroy avec sa journée de réconciliation.
Oui, parce qu’on le savait déjà, ses neuf frères et sœurs ne lui parlent plus depuis qu’il a sorti son premier livre, livrant toute l’histoire de leur famille.
Trente ans sans se voir, sans se parler, mais depuis l’an dernier ils l’ont recontacté et ils se retrouvent lors d’un repas chez Paul, tous sauf un, et ils découvrent leurs enfants.
J’ai plutôt aimé les précédents livres de Lionel Duroy, mais là, je l’ai trouvé lourd, et cette journée de réconciliation est pesante.
Il tourne en rond, nous impose des dialogues répétitifs entre frères et sœurs.
C’est le livre de trop sur le sujet !
Il a besoin d’écrire pour vivre dit-il.
Mais un écrivain peut faire autre chose que passer sa vie au crible, et surtout celle des membres de sa famille.
Il peut créer des personnages, des situations sans toujours impliquer sa famille.
Il a lassé ses frères, ses sœurs, ses deux femmes, j’ai bien peur qu’il ne commence à lasser certains de ses lecteurs dont moi.