Gilda F.

Sable mouvant , fragments de ma vie

fragments de ma vie

Seuil

21,50
par (Libraire)
3 octobre 2015

Menacé par la maladie Henning Mankell, à l'aube de ses soixante-dix ans, évoque ce qui a compté dans sa vie. Instants de grâce comme moments tragiques. Réflexions sur notre environnement. Sagesse et sérénité. Grand bonheur de lecture malgré l'avenir sombre.

Un beau cadeau pour qui possède déjà une part solide de maturité.

La Terre qui penche
par (Libraire)
3 octobre 2015

C'est le conte de la petite Blanche et de sa vieille âme, qui prennent la parole tour à tour. Et c'est un enchantement. On est à nouveau dans la région du Domaine des Murmures mais cette fois-ci dans les années soixante du XIVème siècle. Un grand cheval, un enfant fou, une cuisinière miraculeuse et la Loue tumultueuse n'y sont eux aussi pas pour rien.

Un régal pour ceux que l'atmosphère des veillées à l'écoute d'une conteuse sait embarquer.

D'après une histoire vraie
par (Libraire)
4 septembre 2015

Une romancière, Delphine, rencontre alors qu'elle est en phase de gestation d'un nouveau livre, une jeune femme qui lui devient très proche, assez vite indispensable, jusqu'à en étouffer son élan d'écrivain. Les choses ne sont cependant jamais aussi simples qu'elles n'y paraissent.

Jeu virtuose sur le thème de l'écriture et du rapport au réel, assez proche en cela du registre de "La vérité sur l'affaire Harry Québert", mais en plus féminin et il s'agit d'emprise, "D'après une histoire vraie" pulvérise les codes de l'autofiction par une mise en abyme à double voire triple détente. Le nouveau roman de Delphine de Vigan a tout pour séduire un large public et remporter un des prix de l'automne.

Millénium, Tome 4 : Ce qui ne me tue pas
par (Libraire)
4 septembre 2015

David Lagercrantz, connu en France pour le livre "Moi, Zlatan Ibrahimovic", reprend avec brio le flambeau du créateur de Millénium, Stieg Larsson. On peut contester l'existence d'une suite que la compagne de ce dernier désapprouve et les fans de la série choisiront peut-être d'en rester là. Il n'en demeure pas moins que Lagercrantz fait ici un travail d'orfèvre, respect des personnages, intrigue ultra-contemporaine qui tient la route, qualités visuelles des scènes d'action avec changements de points de vue dignes d'un grand cinéaste, jeux subtils et jubilatoires avec les codes du genre; jusqu'à la fin ouverte sur une suite potentielle mais néanmoins soigneuse de clore l'épisode vécu. Le personnage d'August Balder jeune fils autiste d'un père génial qui en sait trop est particulièrement touchant et bien saisi.

nb. : Peut parfaitement être lu sans avoir lu les trois premiers tomes ni vu la série.

Camille, mon envolée
16,00
par (Libraire)
20 août 2015

Une jeune fille meurt très brutalement d'une fièvre violente que les services médicaux échoueront à diagnostiquer, malgré tout ce que feront ses parents pour tenter de les alerter. Quelques semaines plus tard sa mère pour survivre, entreprend de raconter. Ce n'est pas un roman de plus sur le deuil : c'est à la fois un hommage à l'enfant disparue (elle y est si vivante qu'on croit l'avoir connue), un témoignage qui peut aider chacun d'entre nous, et un beau livre sur le travail d'écrire, car le récit est enchassé dans le journal de sa rédaction, avec les effets de la peine qui traversent le présent de ce qui fut vécu et le présent de ce qui s'écrit. Par instants, on sourit.
C'est avant toute chose une formidable déclaration d'amour parental pour une enfant trop tôt partie de la vie.

Le sujet en est rude mais le livre fait du bien. Il est de ceux qui marquent une vie de lecteur.