Rencontres

Aujourd'hui

PHOTOS DE DOMINIQUE JOLY
Du au , L'&

Dominique Joly sera à la librairie pour vous rencontrer chaque samedi de 10h à 12h

    Plus d'informations

    Événements passés

    Archives

    Le temps des concerts - photographies
    Du au , L'&

    Du 6 avril au 3 mai, Guy Nivois expose ses photos de concerts. Il sera présent pour échanger avec vous les samedis 10, 17 et 24 avril, de 14h à 16h.


        Guillemette Faure
        Avec Guillemette Faure
        Le , L'&

        Amazon nous propose des livres sur des sujets qui nous intéressent. Netflix nous recommande des films proches de ceux que nous avons déjà vus. Nos amis de Facebook et Twitter postent des liens vers des articles avec lesquels nous sommes déjà d'accord. Alors qu'aux repas de famille, nous sommes assis à côté d'un cousin qui n'a rien de commun avec nous. La famille porte injustement une réputation rétrograde alors que, à la différence des algorithmes, elle réclame bien plus d'ouverture d'esprit et vous contraint à fréquenter des personnes que vous n'avez pas choisies. Les enfants de soixante-huitards parlent de leur « famille de copains », de leur « famille de cœur ». Pour signaler sa proximité, on dit d'un très bon copain qu'il est « comme un frère ». Mais, un ami n'est-il pas justement le contraire d'un frère ou d'une sœur, avec qui on ne s'entend pas nécessairement et que l'on n'a pas forcément envie de voir ? Et si les réseaux sociaux et les algorithmes étaient les réacs de l'affaire, les nouveaux Rotary Clubs nous promettant de ne plus être en contact qu'avec ceux qui nous ressemblent ? Alors que les réunions de famille, en mêlant bobos et cousins en pantalon tergal, nous demandent bien plus d'ouverture d'esprit. Et si la famille était le dernier endroit où cohabitent des avis divergents ?


        photographies de Jean-Pierre Leloir
        Du au , L'&

        MILES DAVIS DROIT DANS LES YEUX
        Exposition de photos de Jean-Pierre Leloir
        Dès le début des années 50 Jean-Pierre Leloir a fréquenté les clubs
        parisiens, les salles de concert ainsi que des premiers grands festivals de
        jazz. Dès lors Miles Davis, qui se produisait régulièrement en France, a
        représenté, pour le photographe, un sujet de prédilection.
        En nouant des relations d’amitié avec Miles, pendant près de quarante
        années, Jean-Pierre Leloir est ainsi parvenu à saisir tous les visages musicaux
        et la quasi-totalité des « périodes » esthétiques de l’un des plus grands
        créateurs de l’histoire du jazz. Dans cette exposition, on rencontre ainsi le
        Miles du cool jazz, celui du hard-bop, Miles en compagnie de John Coltrane,
        Miles à la tête du (second) grand quintet (avec Wayne Shorter, Herbie
        Hancock, Ron Carter et Tony Williams). Enfin le Miles du jazz fusion.
        Toutefois, malgré la diversité des époques et au-delà des
        transformations physiques ou vestimentaires (du « look » toujours très
        sophistiqué) de Miles, on est frappé par l’image d’un personnage toujours
        extrêmement attentif et hyper concentré sur son jeu (la trompette
        constituant une sorte d’objet magique ou sacré) ; de même dans les
        moments hors du « champ » de la musique et de la création artistique, Miles
        semble manifester constamment une attention intense à tout et à tous autour
        de lui, on lui voit un regard pénétrant même dans ses moments de détente et
        de rêverie -sans même parler de sa « présence » hors du commun qui
        magnétise les regards, et que Leloir a toujours su parfaitement traduire.
        Une remarquable exposition en forme d’hommage, à voir
        impérativement, droit dans les yeux !
        L. Giraudo
        Le Pont des Arts, contact 06 75 54 31 15