Francis Ginsbourger
    Ajouter à mon calendrier
    Le , L'&

    La famille paternelle de l’auteur, des juifs nancéiens, se cache dans le Vercors en 1943 pour échapper aux poursuites de Vichy. En quête de ce qu’ils ont vécu, Francis Ginsbourger retrouve les enfants et petits-enfants de ceux qui ont protégé les siens. Il redécouvre avec eux l’histoire chuchotée du village qui abrita l’état-major du maquis : Saint-Martin en Vercors.

    Ce qui était une quête intime deviendra bien vite une enquête historique. Francis Ginsbourger replace les évènements dans leur contexte, il dépeint les lieux, croise les sources, jusqu’à reconstituer les trois semaines passées par les siens en forêt après l’invasion allemande.

    À travers des portraits saisissants, Le Vercors oublié fait sortir de l’ombre les réfugiés résistants que furent les siens parmi d’autres, ces gens de la ville qui furent adoptés et protégés par « des montagnards qui connaissaient la montagne, se connaissaient entre eux et qui savaient se taire ».

    En rupture avec une légende héroïsée et sur-politisée, Le Vercors oublié fabrique une mémoire de la résistance quotidienne des habitants d’un village négligé par les commémorations.

    « Une histoire à hauteur d’hommes », écrit l’historien Gilles Vergnon dans sa post-face. L’auteur réussit en se réappropriant la « petite histoire » des siens la gageure d’enrichir la « grande » histoire.